La terre d’opportunités de Robin-Pierre et Mélissa

On parle souvent des bâtisseurs, ceux qui ont façonné le Témiscamingue au début des années 1900 et qui ont fait du territoire ce qu’il est aujourd’hui. Mais il y a des bâtisseurs modernes, qui n’ont pas froid aux yeux et qui prennent des risques. Dans ce blogue, on explore la terre d’opportunités de Robin-Pierre Bergeron et Mélissa Cardin, qui viennent de donner naissance à la clinique interdisciplinaire MOVENS, ayant pignon sur rue à Ville-Marie.

Cette nouvelle clinique offre des services de santé complets et surtout préventif à la population, en mettant à leur disposition cinq professionnels en ostéopathie, kinésiologie et physiothérapie, en plus de divers cours de groupe (air-yoga, pilates et autres). Un gym fonctionnel de style cross-fit sera aussi accessible.

Le doute

Le chemin qui a mené à l’accomplissement n’aura pas été que droit. Mélissa, originaire de La Tuque, une fille énergique habituée de bouger au gré des opportunités, a dû réfléchir longtemps avant de se lancer pied joint dans l’aventure.

« C’est un contrat de mariage, on ne se le cachera pas! Il faut prendre la décision de s’engager sur du long-terme… Maintenant, je suis vraiment contente. Quand j’entre dans la clinique, je suis chez moi. C’est la maison. Je me lève le matin et je n’ai pas l’impression d’aller travailler ! »

La décision

Quant à Robin-Pierre, son désir de laisser sa marque sur sa terre natale explique cet important tournant professionnel. « Je voulais me réaliser professionnellement, mais quelque part, il y avait aussi l’envie d’offrir quelque chose de nouveau, de développer le Témis et de ne pas me contenter de peu. Vivre en région ne veut pas dire voir petit. On a vu grand. »

Selon Mélissa, un projet de plus petite envergure n’aurait pas comblé toutes leurs attentes. « Parfois il faut voir grand pour soi et être un peu égoïste! »

Ce concept de clinique santé multi, surtout développé en milieu urbain, leur permettra de mieux se distinguer et recruter de nouveaux professionnels plus facilement. « Ma main-d’œuvre future, elle se trouve en ville, et la compétition pour ce type de centre est forte. Il fallait donc proposer un environnement de travail attractif et unique.»

L’action

Selon les deux entrepreneurs, développer un projet de ce type en ville, à leur âge, aurait été impossible. La compétition, le coût des locaux et bien d’autres facteurs auraient joué contre eux. La région leur aura permis de réaliser le tout rapidement, et surtout de voir la reconnaissance du milieu face à ce nouveau service.

À la question : quels impacts auront eu votre clinique sur le Témiscamingue dans une dizaine d’années, Mélissa répond : « Un seul mot : mobilisation. Dans 10 ans, je souhaite que notre travail influence positivement les gens. J’aimerais les voir  bouger davantage et se dépasser. Qu’ils priorisent leur santé dans le plaisir. »

Texte : Catherine Drolet Marchand

Haut de page