Le terrain de jeu

Par Julie Boisvert, collaboratrice

Au Témiscamingue, nous avons la chance d’avoir de grands terrains autour de nos logements et de grands espaces de jeux dans nos villages. Mais notre vrai terrain de jeu, celui qui n’a pas de fin, il est vaste, il est diversifié et il est public. Il est silence, il est défis et il est grandiose. Et il est tout près.

Récit d'une expédition solo en ski sur le lac Kipawa.

En skis sur le lac Kipawa, simplement en stationnant ma voiture aux abords d’un chemin forestier, j’ai la chance de repousser mes limites, en plus d’expérimenter le silence. Le silence assourdissant. J’expérimente aussi le confort fragile, les rayons du soleil qui réchauffent ma tente alors qu’il fait encore -15°C à l’extérieur. Les contrastes entre le soleil et les bourrasques de neige, la plénitude des paysages et la difficulté d’insérer mes pieds dans mes bottes gelées dures. Rencontrer différentes traces d’animaux qui témoignent que non, je ne suis pas seule. L’aventure, en somme.

Quelle satisfaction de me glisser dans mon sac de couchage après une journée d’effort soutenu, et de m’endormir au son du vent et des arbres qui grincent. Quel bonheur de rentrer chez moi après avoir affronté les éléments imprévisibles.

Itinéraire

Départ à l’intersection de la 101 et du chemin Lafrenière, trajet forestier jusqu’à la pointe des 9 miles, passage à l’île McKenzie, puis retour au point de départ par le chenal Beauvin et la baie Marquet du lac Kipawa.

Distances

60 km, dénivelés positif et négatif de 350 mètres par jour en moyenne.

Itinéraire

Départ à l’intersection de la 101 et du chemin Lafrenière, trajet forestier jusqu’à la pointe des 9 miles, passage à l’île McKenzie, puis retour au point de départ par le chenal Beauvin et la baie Marquet du lac Kipawa.

Distances

60 km, dénivelés positif et négatif de 350 mètres par jour en moyenne.

 

Il n’y a pas de petite expédition, pas d’aventure insignifiante, il n’y a que des possibilités adaptées à chacun. Et un terrain de jeux qui attend notre passage, avec ses possibilités infinies. Avec le printemps qui arrive, il est maintenant temps de ranger les skis, mais la nouvelle saison vient avec sa palette d’activités et de défis. Quelle sera votre aventure?

Originaire de Gatineau, Julie Boisvert s’installe au Témiscamingue en 2013 et est tout de suite charmée par le territoire et la communauté. En 2017, la petite famille (Julie et son conjoint Thibaut sont parents de deux petits garçons) part vivre dans la campagne de l’Outaouais pour revenir s’installer au Témiscamingue en 2019, cette fois-ci, pour de bon.

Haut de page